Qui peut diagnostiquer une maladie mentale ?

4
Partager :

Pourquoi avons-nous besoin du courage de revoir la maladie mentale dans leur contexte social global ?

La dépression est parfois appelée une maladie généralisée. Selon les lignes directrices largement utilisées de l’American Psychiatric Association, s’il y a au moins cinq symptômes, le diagnostic peut être posé sur une période plus longue. Mais qu’est-ce qu’un tel diagnostic fait aux humains ? Nina Frohn, étudiante en psychologie, explique pourquoi la psychologie et la psychiatrie ne doivent pas se contenter de cocher les listes de contrôle dans l’article suivant. L’essai a également été la meilleure entrée pour un concours d’écriture dans ma conférence de théorie des sciences en 2019.

A découvrir également : Comment arrêter les vomissements chez une femme enceinte ?

Les risques créent un besoin de réflexion

Obtenir le diagnostic de « dépression » délivré par un spécialiste ou un psychologue à l’heure actuelle n’a pas beaucoup en commun avec ce qui a été pratiqué depuis longtemps à l’ère freudienne. Seulement Encore parfois, on demande au patient de s’allonger sur un canapé et de revoir son histoire de vie, de préférence avec les premiers souvenirs d’enfance.

De nos jours, on estime si le patient satisfait un certain nombre de symptômes énumérés dans le DSM-5 utilisé internationalement (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux). Si ce nombre minimum, à savoir cinq sur neuf, est atteint et que ces symptômes provoquent des souffrances (et/ou limitent considérablement le patient dans sa vie), le patient est considéré comme déprimé.

A voir aussi : Pourquoi avons-nous des croûtes dans nos cheveux ?

Bien que les périodes de déséquilibre mental, heureusement, dans leur majorité, ne finissent pas par se suicider, nous façonnons la vie de millions de personnes avec les méthodes diagnostiques actuelles. La façon dont nous effectuons les diagnostics a un impact énorme sur l’image de soi de notre société et le succès des interventions. Il est crucial que les gens se sentent soutenus ou mal compris, qu’ils se voient malades chroniques ou capables d’agir.

Par conséquent, les points de vue critiques de notre système de diagnostic sont utiles en même temps et il faut se demander : que faire si la façon actuelle de diagnostiquer la maladie mentale ne soulage pas toujours les symptômes, mais ne peut que partiellement les provoquer et même les aggraver ?

La subjectivité du diagnostic de « dépression »

Peut-être ce sont les doutes sur la psychanalyse traditionnelle, ainsi que la critique sévère de ses représentants qui ont ouvert la voie à un programme de contraste, qui est maintenant utilisé dans la pratique courante. Généralement, les diagnostics cliniques ont un bon sens, ils facilitent la communication entre les experts et peuvent aider à fournir aux patients un cadre pour leurs propres souffrances. Ces diagnostics devraient être ne se sentent pas comme une classification pour les personnes touchées. Tout d’abord, dans le contexte que le fondement théorique de la dépression se trouve encore sur les pieds tremblants.

Parmi les cinq symptômes requis pour exposer la dépression, selon DSM-5, l’un des deux principaux symptômes doit nécessairement apparaître : humeur dépressive ou perte d’intérêt et de joie. Si ce n’est pas le cas, alors par définition ce n’est pas la dépression. Pour le diagnostic, la cause des symptômes n’est pas pertinente, cela ne dépend que de leur présence ou de leur absence. Cela rend également accessoire que les symptômes apparaissent au milieu d’une crise grave de la vie ou pour aucune raison externe apparente. Dans les deux cas, la personne est considérée comme déprimée, diagnostiquée avec un trouble mental.

À l’exception de l’existence obligatoire de l’un des deux Les principaux symptômes sont également insignifiants pour le diagnostic, lequel des sept symptômes restants apparaissent, tant qu’il y a un total de cinq. Ainsi, deux personnes pourraient être diagnostiquées avec une seule et même maladie, bien qu’elles ne partagent qu’un seul symptôme commun. Il faut dire que la définition de la dépression basée sur les symptômes ne doit pas coïncider avec ce qu’est vraiment la dépression. C’est la compréhension distinguée des professionnels comment l’état pathologique de la dépression se manifeste extérieurement, c’est-à-dire par les symptômes visibles.

Les critères de définition de la dépression ne se comportent pas de la même manière que d’autres diagnostics médicaux. Ainsi, lors du diagnostic d’une fracture de la jambe, nous pouvons être tout à fait sûrs qu’une fracture d’une jambe est vraiment exactement cela, à savoir, la fracture d’un os dans la jambe. La dépression, cependant, est ce que font actuellement les décideurs d’une telle liste de symptômes ont fait. Cela ne les rend pas arbitraires, mais dans une certaine mesure subjectifs.

Le DSM-5 fait référence aux données quantitatives et aux évaluations d’experts lors de l’établissement d’une telle liste de symptômes. Cependant, cela signifie également que si d’autres données avaient été consultées ou si d’autres experts avaient fourni des conseils sur le DSM-5, nous aurions probablement une définition différente de la dépression aujourd’hui. Cela signifierait que certaines personnes considérées comme étant mentalement perturbées par les normes actuelles seraient classées comme étant en bonne santé dans d’autres conditions.

En attendant, il y a encore des débats entre les scientifiques sur la substance même de la dépression, ainsi que d’autres maladies mentales. Il n’est en aucun cas finalement prouvé ce que la dépression est au sens propre et d’où elle vient. Afin de tenir compte de ces incertitudes scientifiques, notre système de diagnostic doit et doit constamment : être interrogés.

Cela fait de la liste actuelle des symptômes une interprétation actuelle de la dépression qui n’a pas de vérité absolue au sens objectif. Cela, bien sûr, n’était pas différent au moment de la psychanalyse précoce. Le modèle explicatif créé par Sigmund Freud et ses successeurs était la lentille à travers laquelle chaque émuation de la psyché humaine a été évaluée. Comme il n’était pas scientifiquement vérifiable, puisqu’il n’y avait tout simplement rien pour le réfuter, les théories de Freud ne sont pas restées infalsifiables. Pour le credo de la science, qui acquiert de nouvelles connaissances à partir de faits observables et reproductibles, cela était inacceptable.

À partir de maintenant, la science psychologique a principalement cherché à vérifier la vérifiabilité et la transparence, ce qui se reflète également dans les tendances actuelles en neurosciences. De cette manière, le schéma diagnostique exclusivement basé sur les symptômes s’intègre bien dans l’image : Soit le patient A montre cinq symptômes et est considéré comme déprimé, ou seulement quatre et glisse juste derrière elle. Cela permet d’établir une ligne de démarcation plus claire, ce qui facilite également l’évaluation des besoins thérapeutiques et l’approbation des prestations en espèces. Outre la question légitime de la médicalisation des états d’esprit humains normaux, nous rencontrons au moins deux problèmes dans cette procédure.

Le premier problème : les interactions entre le diagnostic et le patient

Avec toute la simplicité et la transparence que le diagnostic a à offrir, la question se pose de savoir pourquoi tout devrait changer du tout. Après tout, ne pas prendre les maladies mentales au sérieux ou pire, traiter les patients comme des simulateurs est tout simplement intolérable et pas une option du 21ème siècle.

À cet égard, des diagnostics sans équivoque et la reconnaissance de la dépression comme une maladie grave sont souhaitables. Mais sur une inspection plus étroite La pratique consistant à certifier un trouble mental grave aux patients lorsqu’ils répondent à cinq critères qui pourraient avoir les causes les plus diverses ne tient pas vraiment compte de la complexité de la psyché humaine.

Le premier problème que nous rencontrons ici est que les diagnostics peuvent avoir un impact important sur les personnes touchées. Ils changent souvent la perception à la fois vers l’extérieur et l’intérieur, parce que nous interagissons constamment avec notre monde extérieur. Une personne qui reçoit le diagnostic déprimé est souvent traitée différemment par le monde extérieur que quelqu’un qui est officiellement considéré comme en bonne santé.

En commençant par les formes les plus évidentes de changement d’approche, comme la stigmatisation, l’exclusion sociale et l’intimidation, des changements subtils suffisent souvent pour avoir une influence durable sur l’image de soi de la personne concernée.

Il peut s’agir de la famille qui, en présence de la personne concernée ne traite plus de questions potentiellement difficiles, craignant que cela ne submerge la personne, ni les collègues et les supérieurs qui détiennent les responsabilités de la personne concernée pour aider à s’acquitter de ses responsabilités. L’image générale, qui est encore ancrée dans notre société à la pensée des malades mentaux, c’est-à-dire, tend à les percevoir comme faibles, incapables et instables, peut également être rapidement transférée à la personne touchée.

Ian Hacking a décrit ce phénomène en 2005 dans son article « Gentes of People : Moving Targets ». Il a discuté de la façon dont les termes et les diagnostics de la maladie interagissent avec les personnes qui en reçoivent. Il a soulevé la question de savoir s’il y a une certaine façon d’être quelqu’un avant que le diagnostic ne dicte, ce que dicte exactement cette façon d’être quelqu’un. Bien que quelque peu cryptique, cela peut être traduit par quelque chose comme : il n’y avait pas de personnes dépressives avant le diagnostic « Dépression « a donné.

Bien que cette thèse soit audacieuse, compte tenu d’une longue histoire de découragement chronique, bien avant la définition actuelle du DSM-5, elle stimule néanmoins la réflexion. Bien que l’état de dépression, de mélancolie ou même de dépression chronique ait toujours existé et existera probablement, nous créons également une nouvelle réalité avec une nouvelle définition. Le diagnostic serait-il possible d’aider la personne concernée à apprendre à s’interpréter dans le sens du diagnostic, à agir sur celui-ci et, si nécessaire, à être également limité par celui-ci ?

Si c’est le cas, cela équivaudrait à une prophétie auto-réalisatrice. C’est une prédiction que son accomplissement lui-même provoque. Cela signifie que nous respirons seulement la vie dans la dépression elle-même, précisément parce que nous la diagnostiquons.

Maintenant, on pourrait à juste titre soutenir que les patients dans le En règle générale, consultez un psychologue ou un médecin seulement s’ils souffrent de certains symptômes depuis longtemps et cela précède le diagnostic officiel. Il n’y a rien pour contrer cela, parce que, comme mentionné précédemment, les symptômes et les plaintes similaires à la définition actuelle de la dépression ont toujours traversé notre histoire humaine.

Le point qui est destiné à vous faire penser ici est que les diagnostics excédentaires frivoles peuvent conduire au fait que les patients commencent à se percevoir sous la même lumière que le diagnostic médical implique. Du point de vue de notre société contemporaine, cela signifie se considérer comme malade et nécessitant un traitement, dépendant de la psychothérapie et, dans bien des cas, des psychotropes.

Cela crée un certain nombre de personnes qui sont étiquetées pour préserver l’apparence de l’objectivité et de la clarté dans les diagnostics psychologiques. Les conséquences pour la perception de soi et la perception des autres sont sous-estimées.

Une antithèse importante

Mais qu’en est-il du soulagement d’obtenir un diagnostic tangible de sa souffrance ? Après tout, elle permet à la personne concernée d’attribuer sa maladie, qui est encore indéfinissable à ce jour, à un tableau clinique clairement défini. Le fait qu’il y ait un nom pour ses propres symptômes, un manuel de diagnostic statistique, y compris les méthodes de traitement, est susceptible d’aider à se calmer dans de nombreux cas.

Il se peut aussi que l’individu ne se sent plus coupable ou responsable de ses symptômes. Tout aussi peu que vous pouvez accuser un patient avec une jambe cassée de ne plus courir un marathon, vous pouvez accuser une personne dépressive d’être venue si impuissance récemment.

Le but de cet essai n’est pas de soutenir que désormais plus de diagnostics en psychologie devrait être publié. Comme décrit, le diagnostic peut souvent aider à fournir au patient un cadre de sens pour sa souffrance. Les parents et les employeurs devraient également être plus faciles à classer le comportement de la personne concernée par un diagnostic médical.

De ce point de vue, la responsabilité de sa propre maladie s’assouplit et peut protéger la personne concernée contre des déclarations telles que « Ne le faites pas maintenant et ne soyez pas toujours si bête !  ». Ces avantages doivent être pesés avec le risque d’impressionner le timbre de la personne déprimée aux personnes qui présentent temporairement une combinaison de symptômes. Outre les craintes que cette pratique ait un impact négatif sur l’image de soi des personnes concernées, nous rencontrons également un deuxième problème.

Le deuxième problème : les impasses sociales se déconcentrent

Le deuxième point de collage de symptômes Diagnostics est qu’ils ancrent la maladie exclusivement dans l’individu lui-même. Cela signifie que le diagnostic de la dépression ne prend pas toujours la responsabilité de la personne concernée, comme décrit ci-dessus, mais d’une certaine manière il se déplace simplement vers lui.

La critique des circonstances extérieures, des pratiques sociales et des évolutions culturelles n’a pas sa place dans le diagnostic. Un diagnostic peut apporter soulagement et acceptation. De même, elle peut ignorer les facteurs qui causent des maladies dans la société qui exigent des changements urgents.

Cela se reflète actuellement dans une décontextualisation de la dépression. La responsabilité de ce qui provoque et maintient le diagnostic est entièrement localisée chez l’individu, car les circonstances externes ne sont pas prises en compte. Cependant, c’est une injustice, car les symptômes apparaissent rarement dans le vide, souvent il y a Déclencheurs.

Un exemple impressionnant de ceci est l’oppression des femmes, qui pendant longtemps a été crédité de sa place dans le ménage, plutôt que de le choisir pour elle-même. À cette époque, de nombreuses femmes sont tombées malades de dépression dans le sens des symptômes du DSM-5 d’aujourd’hui. C’est-à-dire qu’ils dormaient trop ou trop peu, se sentaient sans valeur, ou ne ressentaient plus de plaisir.

Si nous regardons maintenant ces symptômes aussi isolés que nous le faisons dans la pratique actuelle, vous pourriez vous demander ce qui ne va pas chez ces femmes âgées de 20 à 60 ans. Tout à fait dans la tendance de la neurorecherche croissante, on pourrait même soupçonner certains dysfonctionnements du cerveau avant de prendre la peine de regarder de plus près la vie de ces femmes : des activités significatives déterminaient leur vie quotidienne, elles ne pouvaient pas utiliser leurs talents, leurs inclinations et leurs compétences, ni utiliser leurs talents, tendances et compétences, et ils n’ont pas reçu de reconnaissance pour leur vie quotidienne.

Aujourd’hui, rétrospectivement, personne ne penserait que ce serait une bonne idée de diagnostiquer un trouble mental chez ces femmes. Du point de vue d’aujourd’hui, il est clair pour tout le monde que les circonstances doivent être dénoncées, et non les femmes elles-mêmes. Il serait fatal si ces femmes au foyer s’identifiaient tranquillement et tranquillement à la dépression de la maladie, plutôt que de sortir dans la rue pour de meilleures conditions de vie.

Mais comme cela nous semble très clair du point de vue d’aujourd’hui, nous courons le risque de retomber dans le même piège. Tout simplement parce qu’il est normal pour nous aujourd’hui d’être disponibles 24 heures sur 24 et d’en savoir plus sur la consommation que sur la compassion interpersonnelle, c’est loin d’être un mode de vie sain. En regardant en arrière, nous devenons plus intelligents, nous condamnons les temps pour leurs conditions intenables, mais nous vivons nous-mêmes jour dans un monde où les générations futures (s’ils parviennent à habiter notre planète) va secouer la tête.

Plutôt que de vérifier les symptômes sur une liste de contrôle et de donner à la personne concernée le sentiment d’être objectivement malade, il faut bien comprendre comment l’organisme humain interagit avec son monde extérieur. Au lieu de recherches neurologiques pour des milliards de dollars à la recherche de biomarqueurs et de circuits errants dans le cerveau, qui sont susceptibles de les attendre, on pourrait s’attaquer aux chantiers à court terme, qui sont à peu près favorables à l’apparition de la dépression. Un bon début serait de prendre en compte les facteurs dans le voisinage immédiat du patient dans un diagnostic possible avant qu’il ne soit pathologique.

Un plaidoyer pour plus de critique sociale et de retenue dans les diagnostics

Ces critiques ne visent pas à transmettre que, dans le traitement ultérieur, les aspects personnels ou sociaux qui causent des maladies ne peuvent être abordés. En outre, le mode victime potentielle des malades mentaux peut souvent être résolu avec succès en thérapie.

Nous supposons avec des diagnostics basés sur les symptômes que certains comportements et sentiments sont une expression de la maladie sous-jacente, la dépression. Mais que se passe-t-il si, par exemple, la conduite et le découragement viennent du fait que sa propre vie se sent vide et insatisfaisante à travers des activités qui sont aliénées du sens ? Cela peut être une dépression selon les experts, mais ce serait une cause. Pour résoudre cette cause de manière ciblée et donc ne pas compter sur des médicaments psychotropes ayant des effets secondaires pendant des années, cela semble être la meilleure alternative.

Plutôt que de s’interroger d’année en année sur le nombre croissant de personnes déprimées, il serait plus approprié de contrôler la société, qui a produit cette augmentation. Ayant lutté pendant des années pour prendre la maladie mentale plus au sérieux, nous devons maintenant examiner de près comment, quand et pourquoi nous attestons un dysfonctionnement mental.

L’ enjeu est le risque de réduire la perception de soi de la personne à la « personne malade » lorsqu’un système malade est le véritable déclencheur. Cela n’a pas pour but de remettre en cause l’authenticité de la dépression. C’est réel, tout comme une jambe cassée, parce que les personnes touchées ressentent évidemment une douleur de souffrance qui peut atteindre le suicide.

Les critères de définition, qui sont censés représenter la dépression, n’ont pas d’authenticité dans le même sens. Ils ont changé régulièrement, tandis que le tableau clinique sous-jacent est demeuré largement stable. Une pratique qui fait de la présence de ces critères le seul instrument de mesure d’une maladie socialement liée perd Concentrez-vous hors de la vue.

On ne peut ignorer qu’il y aurait probablement beaucoup moins de diagnostics, de coûts de traitement et de souffrance si notre monde était un lieu de développement personnel, de liberté et de sens pour tous. D’autre part, la question se pose de savoir comment, en période de folie des médias sociaux, de mentalités plus rapides et de conséquences du capitalisme, il ne faut pas montrer tôt ou tard au moins un, deux, voire cinq des symptômes nécessaires de la dépression.

Tout simplement parce qu’il semble être une utopie qu’une société se compose exclusivement de personnes pleines et heureuses, cela ne doit pas conduire à l’inaction civile. Il est de notre devoir, notamment de profiter à notre propre santé, de détecter les griefs et de mettre à l’épreuve les développements culturels à maintes reprises. Ainsi, une société en difficulté pourrait un jour devenir une communauté qui a causé la dépression n’est pas accepté comme un état permanent de salon. Parce qu’on méritait tous une bonne vie.

Nina Frohn est diplômée en psychologie à l’Université néerlandaise de Groningue. Ses intérêts se concentrent principalement sur le développement personnel, les questions théoriques et philosophiques sur les maladies mentales, ainsi que sur les éléments clés de la psychothérapie. Nina prévoit son avenir, à la fois pour travailler comme thérapeute elle-même et pour enseigner et faire des recherches dans une université ou un collège en même temps.

Notes de bas de page/littérature

  1. American Psychiatric Association (2013). Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5®). Pub psychiatrique américain.
  2. Mucus, p. (2018). Expérience subjective, hétérophénoménologie, ou neuroimagerie ? Une perspective sur la signification et l’application des termes de trouble mental, en particulier de trouble dépressif majeur. Frontières en psychologie, 9
  3. Kendler, K. S. (2016). Le nature des troubles psychiatriques. World Psychiatry, 15, 5-12
  4. Hacking, I. (2007). Types de personnes : Cibles mobiles. Actes de la British Academy, 151, 285-318
  5. Merton, R. K. (1948). La prophétie auto-réalisatrice. La revue antioche, 8 (2), 193-210

Umschlagfoto : RyanMcGuire, Pixabay-Lizenz

Partager :